Tu en as sans doute eu l’écho puisque c’est LE film Netflix dont tout le monde parle, la totalement imprononçable petite pépite turque “7. Koğuştaki Mucize“.

Si jamais tu veux t’exercer à le prononcer correctement, c’est ici que ça se passe 🙂

Et si tu fais partie des rares qui ne l’ont point encore vu, hé bien regarde-le ! On n’est pas forcément habitués à regarder des films non traduits, donc c’est un peu déroutant au début puisque, à moins d’avoir quelques origines turques, on ne comprend pas un traitre mot et on se concentre avant tout sur les sous-titres mais une fois que notre cerveau a trouvé le bon rythme entre images et texte, cette petite barrière linguistique en est presque charmante, finalement.

En 2 mots, il raconte l’histoire d’un père handicapé mental qui s’occupe de sa fille de 8 ans dans un petit village carte postale le long de la côte, avec l’aide de sa grand-mère à lui.

Malheureusement il va se retrouver accusé – à tort – du meurtre de la fille d’un haut gradé de l’armée et sera envoyé en prison, incapable de prouver son innocence… je ne t’en dis pas +, sinon tu vas te dire que ça ne vaut plus la peine de le regarder, je te connais 😉

Certes un peu longuet – certaines scènes auraient méritées d’être coupées au montage et une durée correcte aurait été autour d’1h45 – mais on n’en décroche pas malgré tout car on a juste une envie : savoir comment ça se termine !

Magnifique jeu d’acteur du personnage central, on a d’ailleurs googlé à son sujet à la fin du film pour savoir si oui ou non il était atteint de ce handicap dans la vraie vie tellement il tient bien le rôle… tu feras sûrement la recherche aussi après l’avoir vu !

Bref, il y a des chances que tu gardes longtemps en tête ses Ovaaaaa – le prénom de sa fille – tantôt emplis d’enthousiasme tantôt totalement désespérés et autres Lingo Lingo (Şişeler) – visiblement une chanson populaire, ici un petit jeu entre père et fille, qui émaillent ce film, véritable hymne à l’amour, à l’amitié, à la liberté, à la tolérance, à l’acceptation de la différence, au pardon, au sacrifice, entre autres mille belles vertus qu’il dépeint.

1 Comment

  • missrelie
    25 May 2020 at 11 h 35 min Reply

    hello
    nous l’avons vu et j’ai beaucoup aimé..
    Ton descriptif est parfait!
    Bises

Leave a Reply

Instagram Widget

Something went wrong: This endpoint has been retired
All rights reserved © Melo on the Cake 2019