Chupa aux urgences – clap 5

Quant tu reçois un coup de fil de l’école à 13h30, c’est jamais bon signe :

– Vous êtes bien la maman de G.D.?

– Euh? (Bon, dans ce cas-ci, marquer un temps d’hésitation n’a pas de sens car je sais quand-même que c’est mon fils (Oui, oui, je le sais !) mais faut-il croire que c’est un automatisme !) Oui, c’est bien moi !

– C’est la directrice de l’école (Là, tu te dis « Et meeeeerde » et tu envisages les 2 possibilités liées à cet endroit précis, à savoir : a. il a fait une connerie monumentale et il a été convoqué chez la directrice ou b. il a eu un accident et il est mort)

– Votre fils a eu un petit accident (petit comment, l’accident?) mais ça saigne quand-même beaucoup (Ha? Donc, petit comment, l’accident, déjà?) et il va sans doute falloir aller à l’hôpital (Euh? Il est toujours vivant, au moins? Vous pouvez me le passer au bout du fil pour me rassurer?!).  Ce serait bien que vous veniez le chercher mais prenez votre temps, hein (Hahaha, ils me font marrer, ces enseignants ! Ok, je vais d’abord aller faire 2, 3 courses, alors ! Gardez-le-moi bien au chaud !).

Le temps de sortir Mademoiselle M de son lit qu’elle venait juste d’intégrer pour sa sieste, en route vers l’école.  Une fois le grand blessé récupéré, je soulève quand-même le pansement pour voir si vraiment ça mérite un tour à l’hôpital (mère indigne) et je referme aussi sec avant de tourner de l’oeil ! Direction donc nos urgences habituelles, à 2 pas de la maison, où, les 4 1ères fois, on avait à peine dû attendre :

– Il y a au moins 1h30 d’attente, vous savez, voire même 2 heures…

– Euh? (Oui, je sais, je suis très euh, comme fille !) Même pour un enfant de 6 ans? (Bon, là, j’avoue, je n’ai pas réfléchi… t’es aux urgences, y a donc pas de priorité d’âge, malheureusement)

J’appelle alors les urgences d’un autre hôpital tout proche où on me dit qu’il y en a pour une heure d’attente à tout casser… c’est bonnard ! Sauf qu’une fois là-bas, la nana avant toi te dit qu’elle attend qu’on s’occupe de son fils depuis presque 2 heures et là, tu as comme l’impression que tu aurais mieux fait de rester au n°1 !

Passent devant toi un couple dont tu te demandes ce qu’ils peuvent bien avoir comme urgence, le gamin qui attend maintenant depuis 2h30 et dont la mère devient légèrement hystérique, une ado à peine arrivée dont le beau-père bosse dans l’hosto et qui passe ainsi devant tout le monde, alors qu’en l’écoutant raconter son histoire, on se demande carrément pourquoi elle est là (réflexion du Chupa : « ben elle saigne même pas, elle, pourquoi elle passe avant moi? » :-/), un monsieur qui, lui aussi, vient d’arriver (Mais c’est quoi, cet hosto de merde?!).  Passe aussi non stop un défilé de blouses blanches qui n’ont rien l’air de faire d’autre que … ne rien faire, justement !

J’ai beau être patiente (Pourquoi tu rigoles, toi, d’abord?!), au bout d’une heure, j’aborde quand-même 2 d’entre elles, après être déjà allée montrer ma tête par 2 fois à l’accueil pour être sûre qu’ils ne nous oublient pas :

– Ha mais nous on est juste internes, on ne peut pas vous aider ! (Ha bon? Mais pourtant dans Grey’s anatomy, ils s’occupent des urgences, les internes, non?! Et fissa, en + ! Il est où, Avery, d’ailleurs? ;-))

Au bout d’1h30, j’intercepte une infirmière :

– Ha mais je croyais que ma collègue l’avait déjà examiné et qu’il avait déjà eu la crème anesthésiante ! (Et moi je croyais que les urgences, c’était l’endroit où on soignait les gens en urgence, con…se !)

Au bout de 2 heures arrive enfin le moment où on l’examine, où on lui met la crème et où on nous dit de patienter encore un bon 30 minutes pour la suture.  Entretemps mon formidable de mari vient chercher la mini-soeur qui a patienté avec nous tout ce temps mais qui commence à montrer des signes de faim et de fatigue.  Et enfin, 2h30 après notre arrivée, alléluia, voilà le Chupa avec 3 nouveaux points sur le front et un diplôme du courageux ! Ha ben s’il reçoit un diplôme, alors, je m’incline ;-)

J’avoue qu’après coup, je suis presque étonnée qu’il ait fallu attendre + de 4 ans avant un coup de fil de l’école m’annonçant une catastrophe de ce genre ! J’espère juste que ses bobos n’iront pas crescendo, sinon ça craint ! On pense à lui greffer un casque sur la tête mais sera-ce suffisant?!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

5 Réponses pour “Chupa aux urgences – clap 5”

  1. Antoine 10 octobre 2012 à 17 h 18 min #

    Melo sans vouloir te stresser je pense que tu n’es pas au bout de tes frayeurs vu comme il est parti. A l’occasion demande à ton ½ frère combien de fois il m’a emmené aux urgences quand il était chef scout. Entre la gamelle aux 24h vélo, le coup de hache dans le tibia, le coup d’opinel dans le pouce et l’évacuation inconscient en ambulance suite à un accident à la patinoire, je crois qu’il a du en voir de toutes les couleurs avec moi (enfin surtout la rouge). Tu rajoutes à ça les accidents domestiques à la maison et à l’école et tu as une petite idée de ce qui t’attend ;-)

    • Melo 10 octobre 2012 à 20 h 22 min #

      Figure-toi que maintenant qu’il est aux Nutons, je me dis que ça fait une chance de + d’aller rendre visite aux urgences ! Entre la maison, l’école, le hockey et les Nutons, autant dire que si cette visite-ci devait être la dernière, c’est qu’on aurait vraiment une p.. de bonne étoile ;-)

  2. Valérie 10 octobre 2012 à 21 h 22 min #

    Ils n’ont pas encore commencé à te poser des questions suspicieuses à l’hosto????
    Ils vont finir par croire que…. ;-)

    Toujours est-il que « Bravo au Chuppa pour son courage »….

    • Melo 10 octobre 2012 à 21 h 27 min #

      C’est pour ça que j’ai changé d’hôpital, en fait ^_^ Nan, j’rigole !

      Cette fois-ci, je leur ai donné le document venant de l’école, donc ils n’ont pas vraiment pu se poser des questions sur mes capacités de mère ;-)

  3. Valérie 10 octobre 2012 à 21 h 22 min #

    Et bravo à Miss M. pour sa patience….

Laisser un commentaire