Pourquoi les kids on the Cake ont aimé « Toy Story 4 » …

Ce qui est bien avec les Toy Story, c’est que tu n’es pas obligée d’avoir vu ceux d’avant pour comprendre la trame… ça reste un dessin animé qui se doit d’être facile à décoder par tous !

Donc moi qui n’ai vu que l’avant-dernier opus de la série, je n’ai pas été trop déboussolée, même si je me suis dit qu’il faudrait quand même un jour que je regarde les 2 1ers juste pour le plaisir car Toy Story est définitivement bien ficelé et plait à tout âge… à moins que je ne sois restée une grande enfant, ce qui est fort fort possible également !

Le pitch est simple : Woody et ses amis sont maintenant les compagnons de jeux de la petite Bonnie qui rentre en maternelles.

Elle va s’y créer un jouet de toutes pièces répondant au nom de Fourchette qu’elle intronise comme son jouet préféré mais cette cuichette (*) a juste envie de se faire la malle pour retourner là d’où elle vient, càd dans une poubelle, obligeant le cowboy et sa bande à partir à sa recherche afin d’éviter du chagrin à Bonnie.

(*) oui oui, on apprend plein de choses dans ce dessin animé, une cuichette étant un savant mélange de cuillère et de fourchette, à savoir ce fameux ustensile qu’on te fournit avec une salade préparée, par exemple… ne me remercie pas pour ce partage de savoir, c’est avec plaisir ;))

Les voilà donc partis pour des aventures drôles et rocambolesques, rencontrant des personnages tantôt barges tels les peluches Ducky et Bunny à l’humour dévastateur…

… tantôt effrayants tels les marionnettes de ventriloques rappelant un mauvais film d’horreur…

… ou encore Gabby Gabby, la poupée parlante des fifties qui voudrait tant être adoptée et aimée et qui ferait tout, même du mal, pour arriver à ses fins…

… mais aussi l’attachant cascadeur canadien Duke Caboom qui doit retrouver confiance en son talent suite à une mésaventure personnelle.

On y retrouve également Bo, la jolie bergère qui fait fondre le coeur de notre héros principal, et son trio de moutons que je ne connaissais pas encore puisqu’elle ne faisait pas partie du casting de TS3 et qui, par la force des choses suite à un exil forcé, s’est transformée en sorte de Mulan des temps modernes.

Bref, c’est cocasse, c’est amusant, ça se regarde avec plaisir, c’est le bon plan de cet été pour les jours où il pleut et où les enfants nous scient pour aller au ciné !

Petit conseil : ne t’enfuis pas dès le début du générique de fin, il y a quelques inserts dedans qui valent la peine d’être regardés 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire