Pourquoi j’ai aimé le « Dumbo » de Tim Burton…

Quand on sait qu’à la base je n’aime ni l’histoire de Dumbo – sans doute à cause des clowns et puis surtout des animaux jetés en pâture à un public qui ne voit pas les maltraitances que certains subissent une fois la piste aux étoiles éteinte… bref je n’aime pas le monde du cirque dans sa globalité – ni les films de Tim Burton dont je n’accroche généralement pas avec l’univers noir et décalé, ce n’était pas gagné que je sois convaincue par cette adaptation du grand classique de Disney mais, faisant fi de mes préjugés, je me suis rendue au ciné pleine de curiosité face à l’un des dessins animés cultes du 20ème siècle remis au goût du jour par l’un des réalisateurs les + doués de sa génération… car qu’on aime ou pas, il faut bien reconnaître que Burton ne laisse personne indifférent.

Il ne reste pas grand-chose de la trame qui a fait le succès du dessin animé sorti il y a déjà presque 80 ans (#coupdevieux) mais on y retrouve quand même quelques clins d’oeil, tels le train Casey Jr, les éléphants roses, le numéro de cirque avec immeuble en feu, la plume, le bain moussant, la souris Timothée, …

Pour le reste, la souris, justement, est remplacée dans son rôle d’amie par 2 enfants qui vont tout mettre en oeuvre pour que l’éléphanteau retrouve sa maman, vendue à un parc d’attractions aux allures avant-gardistes d’un Disneyland démentiellement démesuré !

A noter que le film – en live action, donc vrais acteurs mixés à des images de synthèse – est + axé sur les humains que sur les animaux, à l’inverse du dessin animé.

A cela on ajoute un casting aussi hétéroclite que high level avec 4 piliers du cinéma que sont Colin Farrell dans le rôle du père à peine revenu de la guerre qui tente de retrouver sa place au sein du cirque et auprès de ses enfants entretemps devenus orphelins de mère, Danny DeVito en Monsieur Loyal un peu tyrannique mais finalement pas tant que ça (la morale est sauve), Michael Keaton en surpuissant magnat pour qui seul le profit compte mais qui finira par déchanter (la morale est sauve-bis) – ces 2 derniers rejouant sous la houlette de Burton près de 30 ans après « Batman returns » – et enfin Eva Green en acrobate au grand coeur.

Doooonc comme je te sens impatiente de connaître mon avis, je vais te le donner de ce pas ! Hé bien c’était vraiment bien, spectacle haut en couleurs du début à la fin.  Sachant qu’il dure 2 heures et que je n’ai pas regardé ma montre une seule fois, c’est plutôt le signe qu’il n’y a pas de temps mort et qu’on ne s’ennuie pas.  J’ai même failli verser ma petite larme et ça aussi, pour moi, c’est signe d’un film qui vaut la peine d’être vu !

Oui, à peu près à ce moment-là du film (appelle-moi #captainsensible ;))

Le message principal est légèrement différent d’il y a 80 ans où il s’agissait avant tout d’une petite revanche face aux moqueries. En 2019, on parle plutôt de droit à la différence et d’estime de soi, montrant que chacun peut apporter sa pierre à l’édifice, tels Dumbo et Milly qui finiront tous 2 par s’affirmer à leur manière à la fin du film.

A priori tu peux y aller en famille, il n’y a rien qui fasse vraiment peur aux + petits, si ce n’est quelques ombres et cris d’animaux dans une attraction remplie de « bêtes fantastiques ».

En tout cas ce n’est pas cette petite bouille-là qui ferait peur à qui que ce soit 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

Tags:

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire