L’interview en altitude de Julien Machet (Le Farçon)

Julien Machet, tu le connais… mais si si, je t’assure, tu le connais ! Lui aussi a eu la bonne idée de participer à Top Chef, même s’il n’a pas forcément apprécié le concours mais ça lui a en tout cas donné une renommée supplémentaire, quoi que pas forcément nécessaire dans son cas puisqu’il était déjà fort de son étoile gagnée en 2006.

Bref, son restaurant, le Farçon, culmine à 1400 m d’altitude dans la jolie station de la Tania (Courchevel).

Comme souvent chez les grands chefs, c’est sa grand-mère qui lui a donné le goût de la cuisine avec ses saveurs authentiques et intergénérationnelles et perso, rien qu’à lire les menus, j’ai la langue qui pend. Je n’ai pour l’instant goûté qu’une seule de ses créations, ses magistrales allumettes au beaufort, c’était genre il y a 4 mois mais je m’en souviens comme si je venais de croquer dedans (haaaaaa, si seulement :)).

Julien nous offre même quelques recettes signature si tu veux les tester à ton tour : http://www.julienmachet.com/category/recettes/

portrait_4

1/ Présente toi en quelques mots.

Je m’appelle Julien Machet, je suis un cuisinier de montagnes, proche de sa région, de ses clients et des vraies valeurs de la vie.

2/ Comment t’est venue l’envie de devenir cuisinier ?

L’envie de devenir cuisinier m’est venue quand je mangeais chez ma grand-mère. J’étais subjugué par elle, elle était capable de procurer tant d’émotion avec les produits du quotidien.

3/ D’où te vient l’inspiration ?

Les rencontres journalières avec les éleveurs, les producteurs de légumes mais aussi les clients et surtout les personnes qui n’ont rien à voir avec ce métier.

4/ Quel est ton coup de cœur ultime parmi toutes tes appétissantes créations ?

Aucun car je suis en quête de perfection donc je ne risque pas de le trouver.

5/ Un nouveau projet à nous révéler en exclu ?

Je suis très superstitieux donc je ne parle pas de mes futurs projets par peur qu’ils n’aboutissent pas. Affaire à suivre…

6/ Une journée-type pour toi, c’est… ?

Debout à 6h30, je bois le café en préparant le biberon de mon fils et ensuite en cuisine jusqu’à 1h du matin pour une journée remplie de bonheur.

7/ Un moment de repos dans ta vie à 200 à l’heure…tu fais quoi ?

Rien.

8/Dans ta vie de tous les jours, c’est « jamais sans mon… » ?

Jamais sans mon cerveau.

9/Que trouve-t-on dans ton réfrigérateur ? Et dans ton armoire à épices ?

Du Beaufort et du poivre.

10/Qui cuisine à la maison ?

Ma compagne. Je suis incapable de faire un plat sans y passer deux heures.

11/Allez, avoue… quel est ton péché « culinairement peu recommandable » ?

Les bonbons Haribo.

12/ Tes belles adresses ?

« Le flocon de Sel » Emmanuel Renaut à Megève, « La fromagerie » à Méribel, « Le Chrome Bar » à La Tania.

13/ Le plat « sain » que ta famille pourrait te réclamer tous les jours ?

Une salade verte comme la faisait ma grand-mère, assaisonnée d’un bon vinaigre, remplie d’aromates du jardin et d’amour.

14/ Une recette ancestrale.

Les allumettes au Beaufort.

15/ Tes 3 saveurs préférées ?

Les agrumes, le côté herbacé de toutes les plantes mais surtout la saveur de l’environnement qui m’entoure.

16/ Un pays qui t’inspire culinairement parlant ?

La Belgique car les cuisiniers y sont sincères et bourrés de générosité, la cuisine c’est ça !

17/ Pour toi, un bon moment à table, c’est quand… ?

Un bon moment à table c’est quand je ne travaille pas et que je suis entouré de ma famille.

18/ Et enfin, qu’est ce qui te met instantanément de bonne humeur ?

Quand tous mes collaborateurs arrivent le matin avec le sourire.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire