Le jour où j’ai monté (seule) un lit suédois ! (part 2 – le montage)

Si tu as loupé la 1ère partie de ma folle aventure, tu peux la retrouver ici.  Nous en étions donc restés au jour de l’achat, quand le livreur m’avait laissée seule devant mes cartons et mon matelas nargueur.  J’ai bien tenté de monter tout cela à l’étage mais là, j’avoue que seule, c’était mission impossible.  Heureusement mon adorable femme de ménage (dont je ne t’ai plus raconté les péripéties depuis des lustres car celle que j’ai maintenant est juste parfaite) m’a aidée dès le lendemain.  Au moment du matelas, je t’avoue qu’on a bien failli toutes les 2 pleurer nos mères, quand tu te retrouves avec ce truc géant en plein milieu de l’escalier et que tu ne vois pas d’issue possible, si ce n’est pousser tes murs pour le faire passer.  Au prix d’un effort surhumain (genre presque pire qu’accoucher seule dans sa salle-de-bain), nous y sommes quand-même arrivées !

1ère étape du montage : déballer les cartons et comprendre – surtout comprendre – le schéma de construction et surtout surtout s’en sortir entre les 15 modèles différents de vis car pour peu que tu prennes la mauvaise, ton lit sera bon à jeter ! Quelle pression, les amis, quelle pression !

ikea11

Je commence plutôt bien, au bout de 2 heures, j’ai mon cadre de lit. Je me dis que je vais battre le record du monde de montage de lit et me vois déjà recevoir une médaille en boulettes de renne de la part de mon nouvel ami Ingvar mais c’était sans compter sur ces foutus sommiers, eux aussi en kit.  Jusque là, je m’en étais trop bien sortie avec le schéma du lit mais pour les sommiers, je pense que, la fatigue aidant, j’ai loupé une ou 2 infos capitales  (Haaaa, à l’étape 2 il fallait insérer ça dedans?! Hoooo, à l’étape 5 il ne fallait pas visser complètement?!) et comme je ne m’en suis rendu compte qu’à l’étape 9 sur 14, autant te dire que ça m’a bien foutu les boules de devoir tout défaire pour recommencer ! J’ai donc facilement perdu 2 heures sur les sommiers (même si j’ai pulvérisé les records sur le 2ème, ayant enfin compris quoi faire – oui, ricane, je t’y autorise).

ikea4

Au bout de 5 heures – oui, je sais, peux mieux faire – j’ai les doigts rouges et douloureux d’avoir assemblé à peu près 4000 pièces (oui, je sais, les visseuses électriques, ça existe mais je n’y ai pensé qu’à la 3997ème vis), j’ai le dos en compote à force d’avoir pris des poses abracadabrantes pour arriver à fixer le tout correctement, j’ai les épaules qui ne savent même plus comment elles s’appellent tellement elles ont eu du mal à mettre le matelas à l’endroit (celui-là, il a dû sentir dès le début que je ne l’aimais pas et il m’en a vraiment fait voir de toutes les couleurs) mais j’ai beau être exténuée (surtout qu’avant ces 5 heures, j’avais eu la bonne idée d’aller faire 2 heures de hockey), je suis so so proud of myself ! I did it, moi toute seule comme une grande, certes ça ne changera pas la face du monde mais c’est con, j’en suis fière !

ikea8

Prochaine étape : repeindre toute la maison… en sachant que la dernière fois que j’ai peint un truc, ça devait être une planche à pain pour la fête des mères en 1981 !

Un petit conseil pour toi qui as eu le courage de lire jusqu’au bout : à choisir, va claquer 10 000 boules pour qu’on te livre ton lit tout fait, c’est moi qui te le dis 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

1 commentaire pour “Le jour où j’ai monté (seule) un lit suédois ! (part 2 – le montage)”

  1. Sandra dit :

    Si tu sais aussi bien y faire en peinture qu’en montage, je t’embauche! Ici aussi, il y a de quoi faire…
    Mais on attend que la boule de poils trépasse… car si petit soit-il, il abime autant qu’un enfant de deux ans qui promènerait ses petits doigts pleins de chocolat sur les murs de la maison…

Laisser un commentaire