J’ai testé pour vous… le hammam comme là-bas, dis !

A Marrakech, trois choix s’offraient à nous en matière de hammam :
* Celui du riad… mais, outre le fait que nous préférions garder nos dirhams pour ramener des trucs-moches-qui-servent-à-rien de magnifiques présents super utiles à nos horribles gamins laissés aux mains de leurs non-moins pénibles pères adorables enfants et fantastiques maris qui nous ont tant manqué pendant ces bien trop courtes loooongues heures loin d’eux, le fait que la proprio du riad se prenait pour la raaaîne (PJ) d’Angleterre avec ses airs supérieurs ne nous a pas vraiment donné envie de lui remplir les poches !
* Celui d’un établissement 5 stars tel que Mamounia ou Jardins de la Koutoubia mais si c’était pour aller là, autant aller au château du Lac de Genval ;-)
* Oser sortir des sentiers battus en testant (très) « local »
Comme je vous ai déjà dit que nous avions osé l’inosable, vous savez que nous avons choisi la troisième solution. Et comme je suis naïve et/ou blonde à l’intérieur, j’avoue avoir été surprise… très surprise… et moi qui suis pudique comme un pou (Oui, les poux sont pudiques, vous ne le saviez pas? Pourquoi croyez-vous qu’ils se planquent dans nos tifs?!), ça a été une sacrée aventure… il va me falloir à peu près dix ans pour m’en remettre mais au moins ai-je la peau douce pour les trois mois à venir !
Nous avons opté pour un hammam loin du centre touristique, un vrai hammam avec un côté hommes et un côté femmes (Ouf parce qu’il m’aurait carrément fallu vingt ans pour m’en remettre si on avait été mélangés !). 
Tu rentres dans une sorte de vestiaire où la « gardienne » te dit de tout enlever.  Euh? Tout-tout? Naaaan, sans rire, vous faites ce que vous voulez, hein, les filles mais moi, je garde mon bikini ! Non? Vraiment pas? Bon, au moins ma culotte, alors? Ok, elle n’a pas l’air de vouloir me l’arracher, je me casse vite avant qu’elle ne change d’avis !
Tu vas alors dans une sorte de « chambre à gaz » (Merci Mme P. pour cette définition si justement trouvée !), aux murs carrelés grisâtres et aux gros tuyaux de gaz apparents, plongée dans la pénombre (Merci mon Dieu parce que si ça avait été éclairé comme dans une salle d’op’, je mourais sur place avec mes nènès et ma cellulite exposés aux yeus de toutes !). On te fait asseoir à même le sol (Non, je ne préfère pas penser aux milliards de bactéries sur lesquelles je pose mon c..).
Une dame arrive (aussi peu vêtue que toi… vilkoum tou di cloub !), elle te jette de l’eau dessus, puis elle te donne une kloutsch de merde savon noir à t’étaler partout.  Ensuite, elle te rejette de l’eau et te frotte à la brosse de fer au gant de crin (Même pas mal !).  Après quoi elle te jette carrément tout le seau dans la gueule (Ca, c’était juste pour moi, faut-il croire que j’étais le clown de service et qu’elle m’a trouvée si drôle qu’elle a voulu participer à mon humour si fin !).  Ensuite vient le moment du massacre…ge ! Comment dire? Vigoureux, le massage ! Sans oublier que tout se passe toujours à même le sol (Non, non je ne réfléchis toujours pas à ce qui peut grouiller en-dessous de moi, mon cerveau étant resté au vestiaire… avec mon iphone, mon appareil photos, mes Ray Ban, mon argent, mon passeport, le tout bêtement posé sur un banc… je ne pense donc pas non plus au fait qu’on fasse totalement confiance à des inconnues dans un pays étranger). 
Finalement, tu vas dans une autre pièce où on te laisse cinq minutes pour vapeuriser un peu et tu en as fini, décapée de la tête aux pieds, avec cette étrange sensation d’avoir vécu un truc de ouf et le fier sentiment du « Yes, I did it! » ! Puis même que ça fait du bien… et même que j’ai récupéré toutes mes affaires en ressortant… moi qui me voyais déjà arpenter la ville dans mon seul bas de bikini ;-)
Le moment drôle (entre deux mille autres parce qu’on a beaucoup rigolé, je dois dire… dans mon cas, je crois que c’était nerveux !) : tu joues à Bibifoc parce que la combinaison eau + savon noir, ça glisse comme une patinoire et à chaque fois que la dame te demande de te tourner d’un quart avec une délicatesse extrême en claquant des mains, tu te retrouves en glissade arrière !

Les photos ne sont absolument pas représentatives de l’endroit, excepté la deuxième… et la quatrième, peut-être… moi, le morse échoué dans ma flaque de savon noir ;-)
Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

3 Réponses pour “J’ai testé pour vous… le hammam comme là-bas, dis !”

  1. chocoladdict 23 février 2011 à 20 h 57 min #

    ii iii pour Bibifoc, je vois de quoi tu parles sauf que je n'ai jamais été couchée à même le sol dans le hammam que j'ai essayé il y a peu ..c'était peut-être plus patinage artistique dans mon cas )

  2. Valérie 23 février 2011 à 22 h 02 min #

    Merci, merci pour ce moment de vérité…
    Tu m'as redonné le sourire une fois de plus…

  3. jld 15 mars 2011 à 15 h 01 min #

    ouarf, la vraie vie, quoi !

Laisser un commentaire