Propagande scoute

Il est de ces regrets qu’on peut avoir dans la vie. L’un des miens est de ne pas être entrée dans le scoutisme dès le plus jeune âge, même si, le cas échéant, je ne suis pour rien dans ce choix-là puisqu’à l’époque, c’était un peu (beaucoup) ma môman qui décidait pour moi… et ma môman, elle décidait surtout en fonction de mon frangin, il faut dire ! Donc lui a été chez les louveteaux deux ans (Ou trois? Quatre? Je suis assez nulle en terme de mémoire quand elle concerne autrui :o)) mais ensuite n’a plus eu envie d’y aller. Ayant quasi cinq ans de moins que lui, le temps que j’ai l’âge d’y aller à mon tour, c’était trop tard ! Melo, t’as loupé ton tour, pas d’bol !! Le grand frèrot, il y va plus, alors toi, t’iras pas parce que voilà, si lui, ça ne lui a pas plu, y a pas de raison que ça te plaise à toi (malgré le fait que tu sois juste son opposée et qu’à fortiori, ça t’aurait parfaitement convenu).  Donc voilà, à l’époque, comme on faisait encore pas mal dans le cliché, je me suis retrouvée dans la spirale tutu/chaussons tandis que mon frère prenait finalement la voie du judo/tatami… qu’il a bien vite abandonnée aussi ! L’instabilité serait-elle génétique?! Non, en fait, je crois que nos nombreux déménagements n’ont sans doute pas aidé à une certaine stabilité dans quelque domaine que ce soit (Cinq en huit ans, qui dit mieux?!)
Bref, il a fallu attendre que mon frère, toujours lui, reprenne goût au scoutisme en tant que chef pour que je l’accompagne de temps à autre pour une intendance et qu’à mon tour, j’attrape le beau gros virus ! J’ai donc pris part au mouvement durant sept ans et malgré le fait que je ne l’ai pas vraiment vécu « de l’intérieur » (en tant qu’animée), ce que j’y ai vécu reste emprunt de moments extraordinairement enrichissants, d’amitiés sincères et sans aucun préjugé, sans aucune mesquinerie, le tout rempli d’élans spontanés et de richesse de coeur comme on en voit (trop) rarement de nos jours.  Ca fait hyper « Mamy sort à tout-va son discours de vioque d’avant-guerre » mais pour moi, le scoutisme, c’est l’Ecole de la vie par excellence, les scouts font partie des rares jeunes qui gardent encore un certain respect de leur prochain et de ce qui les entoure… c’est un état d’esprit naturel chez eux et on ne le retrouve plus forcément ailleurs.

Je suis heureuse de voir que mademoiselle on the Cake s’y plait beaucoup à son tour.  Bizarrement, je n’en doutais pas un instant (je dis « bizarrement » car me connaissant, c’est rare que je sois sûre de quelque chose ;-)) car elle a le caractère estampillé « scout » **, comme je l’avais, sauf que moi, ma reine-mère n’a pas pensé que je pourrais réagir différemment que mon frère.  Elle m’a mise dans un sport individualiste et je ne m’y suis pas épanouie (malgré neuf ans de pratique)… je sais qu’elle a voulu faire pour le mieux mais j’espère de tout coeur ne pas faire cette erreur-là, celle de ne pas « écouter » mes enfants ou plutôt de ne pas leur poser les bonnes questions, de ne pas leur demander leur avis.  Je ne dis pas que c’est aux enfants de décider de tout dès que ça les concerne mais il me semble normal que certaines décisions soient prises en concertation ! (Contre-exemple : notre choix difficile du moment concerne l’école et là, on sait qu’on est les seuls, nous, adultes, à pouvoir décider. « Dis, ma chérie, tu préfères rester dans cette école-là avec toutes tes copines que tu connais depuis cinq ans ou changer pour tout recommencer à zéro ailleurs? Papa et moi on se disait que ce serait mieux que tu changes mais si tu ne veux pas, c’est toi qui décides »… well, well, non, il y a vraiment des choix auxquels il vaut mieux ne pas les mêler, la décision étant déjà assez difficile à prendre comme ça :o))

Mais revenons à nos coureurs des bois ! Si je vous parle de tout ça, c’est parce que ce week-end ont eu lieu les 24 heures vélo du Bois de la Cambre (A ne pas confondre avec celles de LLN ! lol), c’est une grosse grosse empreinte nostalgique pour moi, ça me ramène dix-huit ans en arrière (Mon Dieuuuuuu !! Déjà tout ça?? Mais que je suis vieilleeeeeeuh !) et j’avoue avoir été comblée de voir ma fille s’imprégner de cette ambiance ce samedi – Je vous rassure, je n’ai pas été me promener avec elle au milieu des scouts avachis à deux heures du mat’, nous avons raisonnablement été voir la meute de son unité à la remise de trophées des 5 heures louveteaux/lutins !

** Ne me demandez pas à quoi on reconnait un caractère scout, je n’en ai pas la moindre idée, ça « se sent » ! Être scout, c’est comme New York : soit on accroche et alors, on adhère pour la vie, soit on déteste et on n’y reviendra pas deux fois ! Il faut aimer la nature par tous temps, faire des jeux de pistes, manger dans des gamelles pas forcément lavées au Dreft, faire des bardages, des hikes, vivre en communauté, chanter au coin du feu, s’acclimater à la feuillée, dormir dans un confort inexistant… avant tout, il faut pouvoir Respecter ! Une midinette associale et frileuse qui a peur de froisser son nouveau polo RL, de salir ses p’tites babies ou d’avoir une tache de boue sur la peau risque clairement de ne pas y trouver son compte ! Quoique, j’en connais qui rentrent dans ce prototype et qui ont l’air de s’y plaire malgré tout ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

5 Réponses pour “Propagande scoute”

  1. Valérie 28 mars 2010 à 20 h 36 min #

    Samedi ici, c'était le grand feu des scouts. Jeanne est allée au cortège et nous l'avons rejointe sur le site du grand feu, deux bonnes heures après. C'est dingue….Quand j'arrive, on dirait qu'elle me nie, genre "pfff, t'es déjà là? quoi, tu ne sais plus qui est Pepsi max ou Stich, allez môman, va plus loin que je puisse faire une course de rouli-bouli dans l'herbe hmmm plutôt la boue…" On dirait que c'est une deuxième famille pour elle, elle a tant d'admiration pour ses chefs et ne fait que vanter leur exploit. "Tu te rends compte????? Et ben, lui, il sait comment construire un barage en moins de deux! Et lui, il n'a même pas peur des araignées! et elle, et bien, elle peut rester 4 jours sans se laver…." Bref, le scoutisme, moi je ne connaissais pas avant d'y inscrire ma fille. Et depuis que je vois l'unité, la tolérance, la collaboration, la fraternité qui règne entre eux, je regrette de ne pas avoir découvert ça 30 ans plus tôt….

  2. Bloody Mary 28 mars 2010 à 22 h 02 min #

    J'ai qu'une hate pour y incrire mes mousses, je me suis jamais autant éclatée qu'aux scoutes, les gamelles pas bien lavées ou pas bien rincées, les 5ème sous la tente entre nanas, les feuillée, les concours cuisines… Ca me manque ! nostalgie !

  3. jeanneandmoon 28 mars 2010 à 22 h 14 min #

    Chez nous, par encore d'enfant dans les mouvements… mais Jeanne est inscrite pour l'an prochain… et oui! son père et moi on a bien accroché à l'époque de notre folle jeunesse( bouh…. mais on est pourtant pas si vieux!).

    les 24h… que des bons souvenirs!!

  4. brigitte 21 avril 2010 à 4 h 10 min #

    tu preches une convaincue! Nous avons du laisser tomber aux US, mais ils en referont en rentrant en France.
    Nos 7 enfants, c'est comme une grosse sizaine ou une mini patrouille, nous sommes scout jusqu'au bout.

  5. FRANCESCA 22 avril 2010 à 10 h 23 min #

    c'est en effet une belle tradition, à laquelle je n'ai jamais eu l'occasion d'adhérer, mais dont je respecte les valeurs et l'implication pour donner à quelques jeunes de véritables valeurs.

Laisser un commentaire