J’ai testé pour vous… London!

I love London… ou plutôt I DID love London… j’ai toujours adoré cette ville, j’y suis allée maintes fois dans ma folle jeunesse et je gardais en mémoire de très chouettes souvenirs. J’en avais un peu la même image que New-York, tumultueuse mais so charming, vibrante à souhait, électrisante et enivrante !

Et pourtant… ma petite escapade londonienne de ce mois de novembre m’a parue bien fadasse comparé à ces images d’Epinal… je parle de la ville en elle-même et non pas des bons moments passés avec ma cops de voyage car là, par contre, rien à redire, nous avons partagé une série de gros fous-rires, ceux qui chatouillent les tripes et qui font esquisser un sourire rien qu’en se les remémorant !

Mais donc voici une petite liste non-exhaustive des choses A NE PAS FAIRE à Londres. Et si vous choisissez de ne pas suivre les conseils de la mère Denis, que Dieu vous garde ;-)

* Le London Eye – Késako? Pour ceux qui, comme moi, n’ont plus mis le pied à Londres depuis plusieurs années, vous pourriez ne pas savoir de quoi il s’agit… c’est une sorte de grand-roue, un peu comme à Walibi mais en + big… et en + de files d’attente… et en + cher… et en + grosse arnaque… en gros, vous faites la file pendant 45 minutes dans le meilleur des cas (sauf si vous prenez la fast lane qui vous coûtera encore 10 pounds de + que le prix normal déjà prohibitif !), vous montez dans une sorte de suppositoire géant avec une douzaine d’autres personnes et très (très très) lentement, vous faites un tour en l’air… vous vous attendez évidemment à une vue mirobolante, diandre, n’est-ce point pour cela que vous avez déboursé tant de pennies et perdu tout ce temps que vous auriez pu passer chez Gap (private joke ;-))?? Eh bien soyez sûrs d’être déçus… la vue est nullasse !!

A la limite, un mini-bon conseil si vraiment vous tenez absolument à y aller : faites-le en fin de journée, quand les lumières de la ville s’illuminent… là, ça peut peut-être être sympatoche ! Puis avec un peu de chance, à cette heure-là, vous éviterez de tomber sur un oeuf bondé de gamins hurlants « mamyyyyy, I want to peeeeeee, mamyyyyy, I want to go back home noooooow, mamyyyyyy, I am hungryyyyyy » (Ah ben non, ça, on n’y a pas eu droit mais j’imagine assez bien la scène, en fait !)
* Abercrombie – Haaaaaa, the déception enormouuuus !! Déjà, il faut faire la file dehors pour pouvoir entrer dans ce temple de la mode djeune… bon, ça, à la limite, why not ! De toute façon, là-bas, il faut faire la file partout, dès l’instant où on débarque de l’Eurostar et où on veut acheter une carte de métro… forcément, quand on met à la disposition d’un flot de centaines de touristes 2 malheureux guichets et 3 caisses automatiques, il ne faut pas s’attendre à mieux ! Mais revenons-en à notre magasin… définitivement réservé aux ados pré-pubères et aux femmes filiformes – J’imagine d’ici les JP Gaultier du département marketing « Ouuuuuh, quelle horreur !! Mon Dieu, toutes ces grosses qui taillent 38 et qui osent entrer dans le magasin, quelle image immooooonde pour la marque… non, non, non, ça ne va pas du tout, on vire le XL, la taille max passe au L » (autant dire que pour entrer dans un X Small, faut avoir la taille de ma fille !). Donc le XL n’existe plus à Londres ! Et comme forcément, avant de se demander si notre taille existe bel et bien, on réussit à repèrer une douzaine de gilets aux couleurs juste top nickel que c’est toujours de ça dont on a rêvé, ben quand on comprend qu’on va devoir les abandonner sur leurs étagères, c’est horrible ! (Je me réconforte juste en me disant que ça m’aurait clairement pris 3 plombes pour arriver à me décider mais c’est une bien maigre consolation :o))
* Le métro – Bien sûr, difficile de faire sans à Londres, à moins d’avoir un budget rotschildien pour le taxi ou d’être prêt à perdre du temps dans les double decks… mais quand-même, voici un autre petit conseil d’amie : essayer de checker avant votre arrivée sur place quelles lignes seront en travaux pendant votre séjour ! Autant vous le dire tout de go, souvent ces infos ne sont données qu’en dernière minute et en général, vous aurez déjà réservé Eurostar et chambre d’hôtel depuis des lustres… donc vous n’aurez pas d’autre choix que de vous jeter dans la gueule du loup ! Mais quand-même, le savoir à l’avance doit sans doute être un atout psychologique majeur ! Puis comme ça, vous saurez direct si vous faites partie des chanceux qui débarquent quand toutes les lignes fonctionnent ou, au contraire, comme votre serviteuse, un w-e où à peu près une ligne sur 2 est fermée et où vous serez alors contraints d’étudier par coeur le plan du métro pour trouver une alternative à la route que vous comptiez emprunter ! Donc par exemple, au lieu d’aller de Tower Hill à Westminster en 4 arrêts (et en 5 minutes), vous le ferez en 12 arrêts ponctués de 3 changements de lignes (et en 8 fois plus longtemps). Ou alors, comme nous, vous préfèrerez encore marcher des milliers de kms sous la pluie, tellement tout cela aura légèrement tendance à vous agacer !

* Les Londoniens – Comme pour le métro, c’est forcément un peu compliqué de les éviter ! Il faut juste savoir que les Londoniens ne rigolent pas… jamais… ils n’ont aucun humour… ou alors pas du tout le même que le nôtre ! Bref, ne vous attendez pas à vous payer une bonne tranche de rire en leur compagnie et ils en seraient presque déprimants (On pensait pourtant que rien ne pouvait être plus glauque que la pluie à Londres) !

* Les pubs… enfin, un pub… celui où on s’est retrouvées un dimanche soir… notre hôtel étant dans la City et ayant un rendez-vous incontournable à 21h53 – voir + bas, dans les points à ne pas manquer (Oui, oui, il y en a aussi, je ne suis pas mauvaise joueuse ;-)), forcément le dimanche soir, on a un peu pris ce qu’on a trouvé d’ouvert dans le périmètre entre notre hôtel et le truc à ne pas louper (Hahaaa, vous voulez savoir, hein?! Quelle reine du suspens je fais, quand-même !).
Il faut donc savoir qu’après 19h, les serveurs ne servent plus (Oui, c’est un vrai paradoxe) ! Ou en tout cas ils ne prennent plus aucune commande ! Et quand on ne le sait pas, on finit presque par se dire qu’on est peut-être devenues transparentes… un bras par-ci qui s’agite, un youhou par-là, un regard soutenu et hop, j’te choppe dans les yeux, viens pas dire que tu ne m’as pas vue, viens ici tout de suite… hé ben non, y rien qui marche ! Après une vingtaine de minutes (Oui, nous sommes des filles patientes ! Et ça nous amusait assez, en fait !), on a enfin intercepté un serveur (Vive le croche-pied… naaaaan, j’rigole, on n’est pas comme ça !) qui nous a donc expliqué la English rule : le soir, faut aller commander au bar ! Haaaaaaa !! Okéééééé !! Bon, mis à part ça, les petits pubs locaux font des hamburgers avec ce petit goût de feu de bois qui fait saliver dès l’instant où on l’a commandé ! Donc n’hésitez pas à pousser la porte d’un de ces endroits mais ne vous attendez pas à croiser un serveur qui vous dise bonjour ou au revoir (Ah ben oui, vous aviez déjà oublié? les Anglais ne sont pas drôles ET pas sympas ;-)).

Les trucs à ne pas louper (Mais oui, va, qu’il y en a quand-même !) :

* Mary Poppins – ou le look so British! A peine débarquées du train, on a croisé Mary Poppins au détour d’un couloir de métro… oui, oui, la vraie !! Et ça, c’est juste magique, même quand on a l’âge d’être des adultes et de ne plus croire à tout ça… ben là, je vous assure qu’on se surprend à se dire « wouaaaa, trop coooool » ;-)

* Gap – Ouais, bon, ok, on ne va pas à Londres pour faire le tour des Gap… non? Vraiment pas? Bon ben c’est dommage parce que ça vaut sacrément la peine, pourtant ;-)

* La Tower of London Ceremony of the Keys - Alors là, sans blague, s’il y a un truc à faire à Londres, c’est bien celui-là. C’était notre fameux rendez-vous du dimanche soir ! Pour faire short (parce que là, je me rends compte que j’ai beaucoup parlé et que tout le monde s’endort !), c’est la cérémonie de fermeture des portes de la Tour de Londres, qui a lieu tous les soirs depuis 700 ans… et les Anglais étant les champions du perfect timing, elle a lieu à 21h53 précises ! Il faut faire une demande spéciale pour pouvoir y assister (au minimum 2 mois à l’avance) et donc c’est en petit comité qu’on se régale de cette tradition emprunte de solennité (je pense qu’on était 25 à tout casser). Et rien que pour ça, Londres, ça vaut quand-même la peine d’y aller ;-)
* B never too busy to be beautiful – Déjà rien que le nom est captivant, vous ne trouvez pas?? Moi, en tout cas, il m’a intriguée et je me suis donc rendue dans ce charmant petit magasin du non moins charmant Covent Garden et y ai découvert de magnifiques produits de beauté qui coûtent tous bonbon mais rien que pour le plaisir des yeux, n’hésitez pas à y entrer… et si vous y allez, prenez-moi un Bubblegum Lip Scrub, please please pleeeeease !!! (j’ai acheté le Choc Orange et c’est juste une tuerie, ce truc !)

Une ‘tite dernière photo pour la route, celle qui traduit le mieux la météo de ce séjour au pays de l’ours Paddington :

Rendez-vous sur Hellocoton !

Vous aimerez aussi :

3 Réponses pour “J’ai testé pour vous… London!”

  1. mamzelle CarnetO 10 décembre 2009 à 16 h 21 min #

    Ah, c'est motivant !
    A chaque fois que j'ai été à Londres il a fait un temps génial et sunny. mais je n'y suis allée que 2 fois !
    Ah non, c'est vrai, une fois ausi pour un 11 novembre, il avait fait gris mais je m'y attendait. Et ça a été sympa quand même et on logeait chez une copine (on squattait par terre dans son terrier à 1 pièce) à Notting hill ! mythique !

  2. Gana 13 décembre 2009 à 23 h 36 min #

    A garder, imprimer et classer pour le jour où! lol

  3. carine 3 janvier 2010 à 20 h 51 min #

    Comme tu as bien fait de me laisser un com' (et d'ailleurs merci pour ton gentil message) ! J'ai bien ri et je garde ta to do & not to do list dans un coin. J'ai raté Abercrombie à NY, plus j'en entends parler, moins je regrette !!! A bientôt et belle année à toi.

Laisser un commentaire